Souscripteur d’une assurance vie, quel profil?

Près de 55 % des assurances vie sont contractées par les Français qui désirent en bénéficier de leur vivant à titre individuel. L’Association Française de l’Assurance a mené une enquête en mars 2014 pour comprendre précisément les motivations principales et les critères de choix des détenteurs d’une assurance vie à adhésion individuelle. Les résultats ont été publiés en février 2015.

Se préparer à la retraite

Souscripteur d’une assurance vie

D’après l’étude de l’AFA, 57 % des Français qui souscrivent une assurance vie déclarent gagner moins de 35 000 euros brut par an et sont âgés de 53 ans. L’objectif de signer une assurance vie semble clair, l’adhérent cherche véritablement à préparer sa retraite en mettant de côté un complément de retraite.

Ainsi, pour 27 % des Français, l’assurance vie représente le meilleur moyen pour se constituer un capital ou une rente qu’ils percevront à la retraite. Ils seront ainsi en mesure de faire face au coût élevé de la vie et profiter pleinement d’un repos bien mérité après des années de travail. D’ailleurs, 35 % des souscripteurs d’une assurance vie sont des retraités, devant 25 % d’employés. 16 % sont des cadres moyens et des agents de maîtrise. Les actifs non-salariés représentent la plus petite part avec 8 %.

De bons revenus

L’étude a démontré que le revenu brut annuel moyen du ménage d’un souscripteur s’élève à 41 200 euros, tandis que celui de l’ensemble des Français possédant une assurance vie s’établit à 34 300 euros. Le patrimoine financier moyen des adhérents est, quant à lui, de 102 100 euros, ce qui est au-dessus de la moyenne nationale. En effet, la moyenne des revenus bruts annuels par foyer est de 34 300 euros alors que le patrimoine financier moyen est de 45 400 euros par ménage.

La constitution d’une épargne

14 % des souscripteurs désirent se constituer une épargne sans projet défini ou par simple précaution. En cas de difficulté, ils auront ainsi la solution de recevoir de l’argent sous forme de capital différé. Ensuite, 11 % souhaitent valoriser ou faire fructifier un capital, 10 % des souscripteurs déclarent vouloir épargner en vue d’un projet précis, ou encore constituer un capital ou une rente en cas de dépendance.

La transmission d’un capital

La volonté de transmettre un capital à des proches reste une préoccupation majeure pour 16 % des sondés. Plus de la moitié des adhérents déclare être en possession d’un patrimoine financier inférieur à 45 000 euros, tandis que l’ensemble des ménages français dispose de 45 400 euros en moyenne. Les souscripteurs d’une assurance vie à titre individuel désirent ainsi mettre leurs proches à l’abri en cas de décès.

La fiscalité de l’assurance vie

Bien que la rentabilité de l’assurance vie soit moins intéressante qu’auparavant, la rémunération demeure particulièrement avantageuse. Sa fiscalité a su séduire 22 % des souscripteurs qui voient l’assurance en cas de vie un procédé judicieux pour réaliser leur objectif.

Souscripteur d’une assurance vie, quel profil?
5 (100%) 1 vote