Blog

Pourquoi les banques en ligne sont-elles moins chères que les banques classiques?

C’est un fait avéré, les banques en ligne reviennent moins cher à leurs clients que les banques traditionnelles. Une étude récente du CLCV (Consommation Logement et Cadre de vie) a mis en exergue les différences de frais bancaires sur une année entre ces deux types d’établissements.

Pour un petit consommateur d’une banque classique, les frais sont en moyenne de 71€49 et ils passent à 8€47 pour le même client chez une banque en ligne. L’écart se creuse d’autant plus pour un gros consommateur, les frais passent de 211€60 pour une année à 42€23.

Alors comment est-il possible que les banques en ligne puissent proposer de tels tarifs?

Qu’est ce qu’une banque en ligne?

Il est peut-être utile d’expliquer en premier lieu ce qu’est une banque en ligne. Ces établissements disposent, à l’instar des banques plus traditionnelles, d’un agrément pour exercer des activités bancaires.

Leur statut est défini par la loi, par le Code Monétaire et Financier. Elles disposent donc des mêmes garanties que leurs consœurs. La seule différence réside dans le fait que leurs services sont dématérialisés et qu’elles ne disposent pas d’agences.

Il ne faut pas les confondre avec les « néo banques » qui sont des établissements de paiement, et qui ne disposent pas de licence bancaire.

Le mode de fonctionnement des banques

La grande différence réside dans le fonctionnement de ces deux types d’établissements.

Les banques classiques proposent à leurs clients un grand nombre de produits tels que les assurances (assurances vie, maison, voiture etc…), les différents types de comptes (comptes courants, comptes joints, PEL, livrets etc…), ainsi que du conseil et l’accompagnement pour s’y retrouver.

Tous ses services demandent beaucoup de salariés et ceci a un coût pour la banque, et du même temps pour le client. Les banques traditionnelles prélèvent aussi des « frais de tenue de compte », en fonction des actions effectuées sur ce compte. Virements, prélèvements sont facturés aux clients.

Elles proposent aussi différents services, tels que l’envoi de SMS ou la consultation des comptes sur internet par exemple.

Les banques en ligne simplifient tout. Les services proposés peuvent être plus restreints, mais d’un autre côté sont bien souvent gratuits. La carte bancaire (même parfois haut de gamme) est généralement offerte à l’ouverture du compte, alors qu’elle est payante chez une banque classique.

Il n’est pas rare non plus de se voir offrir une prime à l’ouverture de son compte. La gérance des comptes est entièrement laissée entre les mains des usagers. Ils n’ont plus à se déplacer en agence pour effectuer diverses opérations et le font depuis une application mobile ou un site internet.

Les moyens humains employés par ses banques sont donc restreints et font bien évidemment baisser les frais pour leur clientèle. Ces banques économisent également avec le simple fait de ne pas avoir d’agences « en dur ». Il n’y a donc pas de loyers en centre ville, ni de frais de fonctionnement liés à des établissements « physiques » comme l’électricité ou l’eau par exemple. C’est une grosse source d’économies, contrairement aux agences traditionnelles qui dépensent des fortunes pour être présente partout.

Les banques en ligne et les banques traditionnelles sont-elles vraiment en concurrence?

Le mode de gestion des banques en ligne n’explique pas à lui seul les tarifs de ces dernières. Les établissements en ligne ne sont pas rentables, et à l’exception de Fortuneo, ils perdent tous de l’argent.
Pour autant, ces banques continuent de pratiquer des tarifs défiants toute concurrence, alors pourquoi? Tout d’abord parce que c’est leur marque de fabrique et que c’est pour cette raison qu’elles attirent des clients.

Alors que les banques traditionnelles augmentent doucement mais surement leurs tarifs, les banques en ligne restent sur une ligne de bas coût, pour ne pas faire fuir leurs clients.
Mais c’est aussi parce qu’elles peuvent se le permettre.

Toutes les banques en ligne ont été rachetées par des banques classiques. Par exemple, Hello Bank appartient à la BNP Paribas, BForBank au Crédit Agricole, Boursorama est détenue par la Société Générale et Fortuneo est au Crédit Mutuel Arkéa.

Chapeautées par de gros établissements bancaires, elles peuvent donc se permettre de ne pas être rentables pour le moment, et offrent aussi des garanties de confiance supplémentaires à leurs clients.

Les banques en ligne sont donc des établissements tout à fait fiables, et leurs clients ne prennent pas plus de risque à leur confier leur argent qu’avec une banque classique.

Elles s’adressent surtout à des personnes ayant un minimum de compétences quant à l’utilisation d’internet et qui n’ont pas besoin d’avoir recours à un conseiller pour gérer leurs comptes en banque. Elles sont aussi une excellente option pour les voyageurs ou pour tous ceux qui n’ont pas forcément le temps de se déplacer en agence.

L’importance des assurances pour animaux

Bien que votre animal de compagnie soit en parfaite santé, il n’est jamais à l’abri d’un accident ou d’une maladie. Pour anticiper les éventuels frais de vétérinaires et éviter tout dépassement de budget, la meilleure alternative reste la souscription d’une mutuelle santé.

La médecine vétérinaire n’a cessé de progresser depuis plus de 20 ans maintenant avec à la clé des soins de meilleurs qualités dus principalement à des vétérinaires bien formés et à du matériel médical de précision et en constante évolution. Grâce à cela, on a constaté une nette progression de l’espérance de vie des animaux domestiques.

Malheureusement qui dit progressions des soins de santé, dit également augmentation des frais vétérinaires. En effet, former du personnel, posséder du matériel de pointe coûtent cher et cela se ressent forcément dans les tarifs de soins vétérinaires.

On a tendance à penser à tort qu’il suffit de bien nourrir son animal, de lui proposer des activités physiques et cérébrales régulières et de mettre tout en œuvre pour qu’il ait la meilleure des hygiènes de vie possible mais malheureusement cela ne suffit pas toujours. Comme évoqué ci-dessus, un animal en parfaite santé n’est jamais à l’abri d’un accident ou d’une maladie héréditaire.

En plus de vous apporter une sécurité financière, souscrire une mutuelle pour animaux vous offrira la tranquillité de savoir que votre animal sera toujours soigné à temps et pourra mener une existence paisible.

Assurer son animal de compagnie : un acte responsable

importance des assurances pour animauxUn maître responsable prévoit toujours dans le budget consacré à son compagnon à poils ou à plumes une partie réservée aux frais de santé comme les vaccins, les vermifuges…

Mais parfois certains imprévus comme des troubles respiratoires, une patte cassée ou encore des problèmes digestifs peuvent rapidement obliger le propriétaire de l’animal à faire un choix entre le soigner ou le laisser malheureusement sans traitement faute de moyens financiers suffisants.

C’est dans ce genre de situations que posséder une assurance permet d’éviter bien des ennuis.

Une formule pour chaque budget

L’avantage des protections santé animalière, c’est qu’elles sont adaptées à tous les budgets. Il y a les formules de base qui prennent en charge les soins dits classiques comme les maladies ou les interventions chirurgicales.

Ensuite viennent les formules tout compris qui prennent aussi bien en charge les soins du quotidien, les opérations, les examens médicaux comma la radiographie ou les prises de sang et tous les frais liés aux soins de préventions (vaccin, vermifuge, homéopathie…).

Adopter une démarche interrogative

Ce type de contrat d’assurance est maintenant proposer par bons nombres d’organismes : compagnie d’assurance classique, banque, courtier…

Il peut donc être intéressant pour commencer vos recherches d’utiliser un comparateur d’assurance pour animaux afin d’avoir une première idée des tarifs, des modalités de remboursements, du montant de la franchise et des taux d’indemnisation.

Feuille de soins – mode d’emploi : comment fonctionne-t-elle pour les animaux ?

Lorsque vous vous rendez chez le médecin, les coûts de la consultation, des médicaments et des éventuels examens complémentaires vous sont généralement remboursés par la Sécurité Sociale et par votre complémentaire santé si vous en possédez une.

Pour nos animaux de compagnie, il n’existe pas de sécurité sociale. Une assurance santé limitera néanmoins les dépenses vétérinaires pour votre boule de poils. Il vous sera alors demandé de remplir conjointement avec le vétérinaire une feuille de soin à renvoyer à votre assurance santé animale pour obtenir le remboursement des frais engagés.

En effet, ce type d’assurance ne dispose pas de système de tiers payant comme pour les êtes humains. Le papier reste pour l’instant, incontournable. Comment fonctionne cette formalité administrative ?

La partie de la feuille de soins à remplir par le propriétaire

Feuille de soins

La feuille de soin doit avant tout être remplie par le maître de l’animal assuré. Vous devez commencer par vous identifier en indiquant votre nom, votre prénom, votre adresse, le numéro de contrat et préciser la formule souscrite. Ensuite, vous devez identifier votre animal de compagnie. Précisez son espèce, sa race, son sexe, son nom et le numéro de sa puce ou de son tatouage.

Vous devez impérativement mentionner si votre compagnon à quatre pattes a été accidenté ou non, à quelle date, et procéder de la même façon concernant la maladie. Si la consultation chez le vétérinaire n’a pas de lien avec une maladie ou un accident, il convient d’indiquer simplement le motif de la visite.

Lorsque la formule choisie comprend un forfait prévention, vous devez indiquer si vous désirez affecter les frais ou une partie de ces frais à cette somme allouée annuellement. Datez et signez enfin le document. Vous devez adresser la feuille de soin à votre compagnie d’assurance dans les cinq jours suivants le rendez-vous à la clinique vétérinaire, accompagnée des factures originales et de toutes les pièces relatives à l’accident ou à la maladie. Une copie de la carte d’identification de l’animal doit aussi être fournie.

La partie de la feuille de soins réservée au vétérinaire

Le vétérinaire doit également identifier l’animal qu’il a ausculté. Il note sa race, son numéro de puce ou de tatouage, son nom, la couleur de son pelage, le sexe, l’âge. Le vétérinaire décrit ensuite la pathologie de l’animal, la date d’apparition des symptômes, la date de l’acte, la relation avec une affection antérieure, le nombre éventuels de jours d’hospitalisation, etc…

Par ailleurs, le professionnel doit remplir une partie concernant les frais. Il lui appartient alors de préciser le tarif du soin effectué, le numéro de la facture, le prix des médicaments provenant de son cabinet. Enfin, il date, signe et tamponne le document.

Des feuilles de soins à télécharger à l’avance

Que vous ameniez votre fidèle compagnon chez son vétérinaire attitré ou chez tout autre vétérinaire comme cela peut être le cas lors de déplacements tant en France qu’à l’étranger étant donné que l’assurance santé animale offre le libre choix du vétérinaire, vous devez toujours penser à disposer de plusieurs feuilles de soins vierges.

Ce document peut être obtenu à l’avance auprès de votre assureur ou bien, encore plus facilement, en le téléchargeant directement sur le site de la compagnie d’assurance en prévoyant plusieurs impressions.

Assurance animaux : comment se faire rembourser ?

Si votre animal de compagnie est victime d’un accident ou tombe malade, le prix de la consultation vétérinaire, le coût des médicaments pour son traitement et les éventuels frais liés à des examens complémentaires ont vite fait de mettre à mal votre budget. Les vétérinaires n’appliquent pas de tarifs conventionnés comme le font les médecins.

Les prix sont fixés librement par les praticiens qui n’ont pas de plafond à respecter. De plus, les cabinets vétérinaires s’équipent de machines d’imagerie très sophistiquées afin d’affiner leur diagnostic. Ces appareils coûtent cher non seulement à l’achat mais aussi à entretenir.

Par conséquent, les vétérinaires sont contraints de répercuter ces coûts de fonctionnement sur leurs honoraires. Pour ne pas devoir renoncer à des examens qui pourraient sauver la vie de votre fidèle compagnon faute de moyens, la meilleure solution reste la souscription à une assurance santé animal. Comment fonctionne ce type d’assurance ? Comment se faire rembourser ?

Un fonctionnement identique à une mutuelle classique

comment se faire rembourser

L’assurance pour animaux fonctionne comme votre propre complémentaire santé. Toutefois, il n’existe pas de traitement informatique des soins car les nombreux logiciels vétérinaires sont bien trop différents. Une homogénéisation avec un système de télétransmission des factures chez les assureurs proposant une protection santé animale est donc, pour l’instant, totalement inenvisageable.

Vous devez alors remplir la feuille de soins fournie par votre vétérinaire, en rappelant vos coordonnées, le numéro d’identification de votre animal, son nom, l’espèce à laquelle il appartient et le numéro de police d’assurance correspondant. Le vétérinaire remplit pour sa part la partie qui lui incombe, en mentionnant principalement les hypothèses de diagnostic et le montant global qui vous est facturé. La feuille de soins dûment remplie par les deux parties ainsi que la facture du vétérinaire sont ensuite envoyées à l’assureur.

Une copie de l’ordonnance est également jointe, ce qui évite au vétérinaire à devoir détailler les traitements prescrits. La compagnie d’assurance vérifie le niveau du plafond et si celui-ci n’a pas encore été atteint dans l’année en cours. Puis, le remboursement est effectué par virement bancaire ou par chèque dans un délai pouvant aller de cinq jours à un mois.

La prise en compte de la franchise et du taux de remboursement

Afin de pallier au phénomène de surconsommation médicale, les compagnies d’assurance applique une franchise correspondant à une dépense restant à la charge du propriétaire de l’animal assuré. Ainsi, les remboursements de l’assurance santé pour votre compagnon à quatre pattes ne couvrent pas la totalité des frais engagés.

Certaines assurances santé animale ne déduisent une franchise qu’une fois par an mais votre assureur peut parfaitement vous appliquer une franchise à chaque acte. Par ailleurs, la compagnie d’assurance appliquera le taux de remboursement correspondant à la formule choisie par le maître avant de procéder à l’indemnisation. Le taux de prise en charge varie d’une formule à l’autre, allant de 50 % à 100 %.

Signaler le recours à un forfait prévention

Si la formule à laquelle vous avez optée comprend un forfait prévention, n’oubliez pas d’indiquer que vous souhaitez affecter les frais à cette somme mise à votre disposition chaque année.

Elle peut servir pour des actes vétérinaires non pris en charge par l’assurance, mais aussi des vaccins, l’achat chez le vétérinaire de produit d’entretien comme le shampoing, les croquettes, et de soin comme le vermifuge et les antiparasitaires.

Un délai de carence

Le délai de carence évite les abus des maîtres peu scrupuleux qui tenteraient d’assurer un animal déjà malade ou accidenté. Vous ne pouvez donc pas prétendre à un remboursement pendant une période de 30 à 120 jours.

Comment fonctionne l’assurance animaux en cas de déplacement à l’étranger ?

Vous emmenez votre animal de compagnie partout avec vous et vous prévoyez de vous rendre à l’étranger ?

Au moment de souscrire une assurance santé animale, assurez-vous que votre compagnon, chien, chat ou NAC, soit couvert contre les maladies et les accidents aussi bien en France qu’au-delà des frontières de l’Hexagone.

Une couverture élargie à l’étranger

assurance animaux en cas de déplacement

Pour que votre animal de compagnie reste couvert pendant vos déplacements à l’étranger, il est nécessaire d’adhérer à une assurance santé pour animaux spécifique offrant une prise en charge lors des déplacements hors de nos frontières jusqu’à trois mois.

Une telle protection convient donc parfaitement pour des vacances ou un cours séjour. Ce type de contrat protège la santé de votre animal de compagnie en cas de maladies ou d’accidents durant vos déplacements en dehors de la France. Les frais vétérinaires seront remboursés à hauteur de la formule souscrite par le maître. Vous aurez également le choix du vétérinaire à l’étranger.

Bien préparer vos déplacements aux côtés de votre animal

Même si vous avez souscrit une assurance pour votre animal, il est important de bien préparer vos déplacements à l’étranger en compagnie de votre compagnon à quatre pattes. En fonction de la destination envisagée, il peut s’avérer indispensable de réaliser certains vaccins qui peuvent être remboursés par l’assurance animaux grâce au forfait prévention.

A titre d’exemple, le vaccin contre la rage doit être prodigué 21 jours avant le départ à l’étranger. Les informations relatives à cette injection sont visibles sur le passeport européen de votre animal. Le passeport établi par le vétérinaire demeure d’ailleurs le seul document officiel attestant de la validité de cette vaccination.

Le vaccin contre la leishmaniose canine est recommandé si vous partez en Espagne, au Portugal, en Grèce ou en Italie. En effet, cette maladie grave transmise par un insecte se concentre essentiellement autour du bassin méditerranéen.

Avant le départ, le forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance santé animale vous permettra non seulement de financer les frais supplémentaires imposés lors du choix de certaines destinations, mais aussi d’acheter auprès de votre vétérinaire les produits indispensables au voyage à placer dans la trousse de soins et d’entretien de votre animal. Enfin, votre fidèle compagnon doit être doté d’une puce électronique pour pouvoir être identifié où qu’il se trouve.

Cependant, l’identification par tatouage au démographe peut être acceptée dès lors qu’elle a été pratiquée avant le 3 juillet 2011, sous réserve qu’elle soit lisible.

Se renseigner avant le départ

Quel que soit le pays de destination, renseignez-vous bien au préalable sur les conditions d’admission en vigueur afin d’éviter toutes mauvaises surprises. Si le Royaume-Uni a assoupli les conditions d’entrée des animaux sur son territoire, la vaccination antirabique et l’identification ne suffisent pas. Le traitement contre les Ténias est ainsi exigé par le Royaume-Uni qui impose sa mention par un vétérinaire dans le passeport de l’animal.

La médication doit avoir été administrée au minimum 24 heures et au maximum cinq jours avant de passer la frontière. En fonction du mode de transport choisi, il sera également fondamental de s’assurer sur les règlements en vigueur. Chaque compagnie de transport dispose généralement de sa propre charte en la matière. L’agence de voyage, votre vétérinaire ou encore l’ambassade de lieu de destination vous prodigueront toutes les informations utiles.

Les montants courants des frais vétérinaires

Faire soigner son chien, son chat ou son NAC représente un budget conséquent qu’il faut pouvoir assumer.

Les frais liés à la prévention, comme les vaccins et le vermifuge, doivent être pris en compte, mais il est également nécessaire d’anticiper les maladies et les accidents qui peuvent survenir à n’importe quel âge.

Les frais de santé s’échelonnent selon les soins apportés et les techniques utilisées et compte tenu des progrès de la médecine vétérinaire, certains actes peuvent rapidement atteindre des sommes pharaoniques. De plus, les honoraires sont libres ce qui fait que de grandes différences de prix peuvent s’observer d’un cabinet vétérinaire à l’autre.

Cependant, les praticiens sont tout de même tenus à quelques obligations. De ce fait, le maître d’un animal dispose de toute l’information nécessaire avant d’engager un protocole de soins. Quels sont alors les frais vétérinaires courants pour un chien, un chat ou un NAC ?

Les obligations légales des vétérinaires

frais vétérinaires

Les vétérinaires doivent se soumettre à certaines obligations professionnelles, quelle que soit la région d’exercice.

Le maître est ainsi en mesure de connaître le coût de l’intervention avant de prendre une décision. Si vous avez contracté une assurance santé animaux, vous pouvez calculer le montant du remboursement en fonction de la formule choisie pour savoir combien vous devrez payer de votre poche.

Dans tous les cas, les vétérinaires doivent afficher un extrait du tarif représentatif des actes les plus courants décliné par type d’animal.

De ce fait, les praticiens sont nombreux à tenir à disposition dans leur salle d’attente le prix des principaux actes vétérinaires pratiqués dans leur clinique. Il demeure toutefois complexe de procéder à un affichage complet tant les actes vétérinaires sont variés.

Ne pas négliger les dépenses préventives

Puisque prévenir, c’est guérir, les soins préventifs sont largement encouragés par les vétérinaires et représentent un poste de dépense à considérer.

Même si l’animal est en parfaite santé, une à deux visites de routine par an chez le vétérinaire doivent être envisagées. Comptez entre 35 à 50 euros en moyenne pour une consultation selon les tarifs pratiqués soit 70 à 100 euros par an pour un chien ou un chat.

Pour un NAC, la simple visite peut varier entre 20 et 30 euros. Concernant les vaccins, comptez 50 à 70 euros par injection sachant que les vaccinations contre la maladie de Carré, l’hépatite, la parvovirose et la leptospirose sont obligatoires, et éventuellement la rage.

Comptez le double la première année puisqu’il y a deux injections. Pour le chat, il faut faire les vaccins contre le typhus, coryza, leucose et, si besoin la rage avec un prix de 60 à 80 euros et le double la première année.

Le coût des injections pour un NAC se situe généralement entre 10 et 15 euros. La castration pour un chat mâle s’élève à 70 euros en moyenne et entre 120 et 200 pour un chien. Pour les femelles, les tarifs sont plus élevés, allant de 120 à 150 euros pour une chatte, de 180 à 250 euros pour une chienne.

Pour un NAC, le tarif peut aller de 70 euros à 140 euros. Ensuite, votre animal de compagnie doit être vermifugé deux fois par an, pour un coût d’environ 20 euros annuel.

Le coût variable des maladies

Les maladies représentent les trois quart des frais de santé d’un animal domestique. Si votre compagnon doit être hospitalisé, doit subir des examens ou des actes chirurgicaux, les tarifs peuvent rapidement devenir excessifs. Les médicaments peuvent également coûter cher, surtout si l’animal doit être traité à vie.

Globalement, des analyses en laboratoire vous coûteront entre 50 et 110 euros aussi bien pour un chien, un chat ou un NAC.

Le prix des séances de radiothérapie varie entre 1 200 et 1 500 euros en moyenne, d’une radiographie entre 35 et 50 euros, l’ablation d’un kyste environ 190 euros. Prévoyez 80 euros pour soigner une gastro-entérite bénigne, 600 euros pour l’ablation de tumeurs mammaires et 60 euros pour la pratique d’une biopsie cutanée.

Le tarif élevé de l’accident

Votre animal de compagnie n’est pas épargné par les accidents qui peuvent atteindre un coût très élevé. Le tarif d’une consultation en urgence peut varier de 50 à 110 euros selon qu’il s’agit d’un chien, d’un chat ou d’un NAC. Un bilan sanguin coûte entre 50 et 100 euros, une échographie de 80 à 130 euros.

Concernant une chirurgie, une anesthésie et une hospitalisation, vous devrez débourser entre 300 et 1 500 euros. A cela, vous ajouterez le prix des médicaments et des visites de contrôle.

La seule façon de ne pas avoir à payer le prix fort, si votre animal est victime d’un accident ou tombe malade, est de souscrire une assurance santé animaux.

La responsabilité civile pour les dommages causés par un animal

Vous avez un chat ou un chien et vous vous interrogez sur les conséquences s’il causait un dommage à un tiers ? Morsures, accidents, dégradations, même le plus brave des animaux de compagnie peut être à l’origine d’un sinistre susceptible de mettre en cause la responsabilité de son propriétaire ou de son détenteur, et cela quelles que soient les circonstances.

Il est donc important de déclarer à votre assureur l’arrivée d’un nouveau compagnon à domicile pour être protégé des dégâts qu’il pourrait provoquer. L’assurance responsabilité civile, qui est l’assurance minimale obligatoire contenue dans le contrat multirisque habitation, couvrira ainsi tous les membres de la famille, y compris votre animal de compagnie et vous-même.

La responsabilité du maître

dommages causés par un animal

L’article 1385 du Code civil prévoit que « le propriétaire d’un animal, ou celui qui s’en sert, pendant qu’il est à son usage, est responsable du dommage que l’animal a causé, soit que l’animal fût sous sa garde, soit qu’il fût égaré ou échappé ». Le maître ou le gardien est totalement responsable des dégâts que l’animal pourrait occasionner.

Autrement dit, c’est la responsabilité civile du propriétaire qui est engagée et il doit donc, en vertu du principe de la responsabilité civile, réparer les dommages causés au tiers. Cet article s’applique pour tous les animaux domestiques, aussi bien les chiens et les chats que les NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) et le bétail ou encore les chevaux.

La responsabilité en cas de transfert de garde

Selon l’article 1384 du Code civil, «On est responsable non seulement du dommage que l’on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l’on a sous sa garde.» Le propriétaire d’un chat ou d’un chien est supposé en être le gardien. En cas de dommages causés par votre compagnon à quatre pattes, votre responsabilité civile est donc d’emblée présumée.

Toutefois, vous êtes libre de prouver que vous avez transféré la garde de votre animal domestique à un tiers, que vous l’ayez transmis à un proche de manière permanente ou au vétérinaire pendant quelques heures. Le gardien bénévole engage alors sa responsabilité lorsque l’animal crée des dommages envers des tiers, et non envers son propriétaire, même s’il s’enfuit ou se perd.

Si vous-même avez la garde d’un animal qui n’est pas le vôtre, vous devez solliciter une extension de garantie auprès de votre assureur le temps de son séjour chez vous. En effet, vous êtes légalement responsable des dommages qu’il pourrait causer à un tiers.

En revanche, si vous confiez votre animal de compagnie à un voisin le temps d’une promenade ou pour le nourrir pendant votre absence, la Cour d’Appel de Paris et la Cour d’Appel de Dijon ont statué que seul le propriétaire demeure responsable.

Votre assurance responsabilité civile ne couvrira pas les dommages causés par votre animal puisque ce n’est pas vous qui en avez la responsabilité au moment des faits. Il faudra donc vérifier dans votre contrat que la personne s’occupant de votre chien ou chat soit elle-même bien assurée pour les animaux.

Des précautions particulières

Outre la présomption de responsabilité posée par le Code civil, la possession d’un chien de chasse contraint à l’adhésion d’une assurance de responsabilité civile Chasse en raison des risques liés à cette activité.

Si votre chien est considéré comme dangereux, la loi n°99-5 du 09/01/1999 et la loi n°200-582 du 20/06/2008 impose l’obtention d’un permis de détention en vue de prévenir la survenance de dommages qu’ils pourraient causer. Il s’agit des chiens d’attaque de catégorie 1 comme le pitbull, mastiff, boer bull, tosa-inu, et des chiens de garde ou de défense catégorie 2 tels que le staffordshire terrier ou encore le rottweiller.

Ces chiens sont en général exclus de la responsabilité civile comprise dans la multirisque habitation. Il faut donc souscrire une extension de garantie.

Avant d’assurer votre fidèle compagnon pour les dommages qu’il pourrait provoquer, notez qu’une clause semblable est souvent incluse dans votre assurance multirisque habitation. Lisez attentivement votre contrat afin d’éviter de payer deux fois pour le même service.

Assurance animaux : à quoi sert l’option prévention ?

L’assurance santé animale prendre en charge les frais vétérinaires en cas d’accidents ou de maladie selon un taux de remboursement établi en fonction de la formule choisie.

Les formules de milieu et haut de gamme contiennent en plus un forfait prévention sous la forme d’une somme renouvelée chaque année, afin de financer à votre guise l’achat de produits de soins et d’entretien, d’accessoires, ainsi que certains actes médicaux n’entrant pas dans le parcours de soins classique. Cette option est financièrement intéressante pour les maîtres désireux d’offrir une protection santé complète à leur fidèle compagnon.

Les produits de soins et d’entretien

option prévention

Une bonne protection passant par une vaccination, vermifugation, et application d’antiparasitaires régulières, le forfait prévention va permettre de financer l’achat de ces produits de soin et des rappels de vaccins.

Les produits d’entretien sont également indispensables pour anticiper tout problème de santé. Ainsi, shampoings, lotions pour le nettoyage des yeux, des dents et des oreilles vous seront utiles tout au long de la vie de votre chien pour lui assurer une parfaite hygiène et éviter les maladies.

Finalement, le forfait prévention indemnise tous les produits qui ne sont pas prescrits suite à une pathologie ou un accident.

Les accessoires

Les accessoires comme une laisse, un panier, une gamelle, des ciseaux pour les griffes, des brosses et peignes peuvent être achetés en magasins spécialisés et animaleries grâce au forfait prévention. Le maître devra alors fournir la facture à sa compagnie d’assurance. Lors de votre demande de remboursement, vous devez indiquer que vous souhaitez déduire ces frais du forfait prévention.

Les actes non pris en charge par l’assurance santé animale

Le forfait prévention peut être utilisé pour régler les actes que ne rembourse pas l’assurance santé animaux et qui sont exclus du contrat. Il peut notamment s’agir des maladies ou accidents survenus avant la souscription du contrat, des maladies héréditaires, voire même un bilan de santé annuel qui permet d’anticiper tout problème de santé.

Dans ce cadre-là, le recours au forfait prévention devient plus fréquent lorsque l’animal prend de l’âge. Il devient effectivement moins résistant face aux maladies et il est plus susceptible de souffrir de certaines pathologies inhérentes au poids des années.

Sachez toutefois que certains actes peuvent être remboursés au bout d’une certaine ancienneté. Ainsi, les assureurs proposent souvent un détartrage par an tout au long de la vie de l’animal après deux années de souscription. Dans ce cas, vous n’aurez pas besoin de tirer profit de votre forfait prévention. Enfin, ce type de forfait prend en charge la stérilisation ou la castration uniquement à titre thérapeutique. Si cet acte chirurgical est demandé simplement pour votre propre confort, les compagnies d’assurance l’indemnisent sous certaines conditions.

L’alimentation thérapeutique

Certaines assurances santé intègrent dans leur forfait prévention l’achat d’aliments spécifiques à un taux établi. L’alimentation doit impérativement être curative et achetée chez le vétérinaire. Certaines compagnies d’assurance acceptent qu’elle soit commandée sur Internet mais ne remboursent généralement pas les frais de port.

En effet, il n’est pas nécessaire de consulter dès lors qu’il n’y a pas besoin d’une ordonnance pour la délivrance de ces produits qui peuvent être achetés directement au comptoir du cabinet ou de la clinique.

Les consultations spécifiques

Il arrive que des assurances prennent en charge les consultations chez le vétérinaire faisant suite à un trouble du comportement de l’animal et ce, à hauteur de la formule souscrite. Il est donc parfois possible d’utiliser ce forfait prévention pour des consultations spéciales telles que l’ostéopathie, l’homéopathie, l’acupuncture, etc…

A condition que cela soit le vétérinaire qui ausculte l’animal. Ainsi, les chiens définis par la loi comme étant dangereux doivent passer une évaluation comportementale obligatoire qui n’est pas prise en charge par l’assurance santé animaux. C’est alors qu’intervient le forfait prévention.

Garanties de base de l’assurance santé animaux

Vous avez un chien, un chat ou un NAC que vous souhaitez assurer ? Pour autant, l’assurance santé animaux ne vous est pas familière et vous voudriez en savoir plus sur les garanties proposées par les compagnies d’assurance.

Vous serez ainsi en mesure de choisir la formule qui convient aussi bien aux besoins de votre doux compagnon que votre budget.

Les garanties de base

Garanties de base

Les assureurs proposent divers types de protection aux maîtres soucieux de la sécurité de leur animal de compagnie. En souscrivant une assurance santé animaux, vous n’êtes pas contraint de régler la totalité des frais engagés chez le vétérinaire pour les soins de votre compagnon.

Toutes les compagnies d’assurance spécialisées dans la santé animale mettent en place diverses formules, allant de la plus simple à la plus complète. La formule classique regroupe les garanties de base et prend généralement en charge les dépenses en cas d’accident ou de maladie qui peuvent malheureusement survenir dans la vie de votre animal domestique.

Les dépenses vétérinaires ainsi que les coûts des médicaments sont notamment couverts. En cas de besoin, l’assureur prend également rembourser les frais d’examens mais aussi les frais d’analyse et le frais de transport en urgence. Enfin, certains vaccins sont obligatoires et heureusement, certains assureurs prennent en charge la vaccination de votre animal domestique.

Notez que le montant des remboursements peut être plus ou moins élevé en fonction de votre contrat.

Les formules de confort

Pour une cotisation plus élevée, vous êtes remboursé de tous les frais médicaux liés à un accident et à une maladie. Votre assurance prend en charge les interventions chirurgicales, tous les types d’examen, les soins hospitaliers que ne le ferait pas systématiquement une formule de base.

Ainsi, vous gardez l’esprit serein puisque vous êtes couverts pour les dépenses les plus coûteuses, ce qui vous évite les surprises financières. Il vous sera donc facile de faire soigner votre animal de compagnie en cas de problème de santé.Malgré tout, certaines dépenses peuvent rester à votre charge, notamment en cas de maladie si une intervention chirurgicale n’est pas nécessaire mais que vous la souhaitez tout de même.

Les volets complémentaires

Les compagnies d’assurance prévoient des contrats spécifiques pour les maîtres souhaitant bénéficier d’une couverture optimale. Ces formules complètes sont dotées d’un forfait de prévention prenant en charge les actes préventifs à la santé de votre boule de poils.

Ainsi, une telle couverture indemnise l’achat des produits de soins et d’entretien, le vermifuge, les traitements antiparasitaires, mais aussi l’achat d’accessoires indispensables au bien-être de votre petit protégé. L’assurance santé animaux peut également contenir un volet responsabilité civile, couvrant les dégâts corporels et matériels causés par l’animal à une tierce personne.

Les races de chien jugées comme dangereuses sont les plus concernées par cette couverture puisque la garantie responsabilité civile comprise dans le contrat d’assurance multirisque habitation les exclut quasiment systématiquement. Or, une assurance responsabilité civile demeure obligatoire pour ces chiens considérés à risques.

Étant donné que chaque compagnie d’assurance a ses propres contrats et critères, la comparaison des différentes assurances santé animaux est vivement conseillée pour accéder aux meilleures offres et au meilleur prix.

Assurance animaux : quels médicaments sont remboursés ?

Bien que la santé de votre animal de compagnie n’ait pas de prix, les visites chez le vétérinaire et l’achat des médicaments commencent sérieusement à creuser votre budget familial. Faire assurer la santé de votre boule de poils peut s’avérer très utile pour garder la maîtrise de vos finances.

Une assurance santé animaux allègera considérablement votre conscience, votre compagnon à quatre pattes recevra les soins adéquats sans faire souffrir votre porte-monnaie. Quels sont précisément les médicaments remboursés par les compagnies d’assurance spécialisées dans la santé animale ?

Le remboursement des médicaments sur prescription vétérinaire

quels médicaments sont remboursés

Souscrire à une assurance santé pour animaux vous permet d’économiser jusqu’à 100 % sur l’ordonnance prescrite à votre fidèle compagnon à la suite d’un accident ou d’une maladie.

Ainsi, pour obtenir le remboursement des médicaments à hauteur de la formule choisie, vous devez impérativement consulter votre vétérinaire qui a l’obligation légale d’examiner son patient afin de poser un diagnostic et décider du traitement le mieux adapté. Le vétérinaire peut également établir une ordonnance pour des médicaments soumis à prescription après une intervention.

Faire renouveler un médicament

La quantité maximale de médicaments délivrés ne dépasse généralement pas un mois de traitement. Il peut donc arriver que vous soyez amené à faire renouveler l’ordonnance établie par le praticien. Mais pas d’inquiétude, le renouvellement, qui est quant à lui limité à un an, est pris en charge par votre assurance comme la visite et la prescription initiale.

Vous n’aurez pas besoin de prendre un nouveau rendez-vous, mais vous devrez cependant retourner auprès du vétérinaire où l’ordonnance vous a été délivrée. Il vous sera également possible de rentrer dans une pharmacie, en sachant que le pharmacien ne peut délivrer que le médicament ou le produit indiqué sur l’ordonnance.

Avant de vous déplacer avec votre fidèle compagnon, pensez à renouveler son traitement en cours afin de ne manquer de rien et préserver en toutes circonstances la santé de votre animal. Emportez toujours les ordonnances avec vous car votre animal de compagnie n’est jamais à l’abri des aléas de la vie.

S’il s’avère que vous n’êtes pas chez vous en cas de problème, vous aurez ainsi tout le nécessaire pour consulter un autre vétérinaire qui rencontre votre adorable compagnon pour la première fois.

Le remboursement des traitements sans ordonnance

Les traitements et produits à but thérapeutique peuvent parfaitement être remboursés par votre assurance santé animaux sans ordonnance et sans consultation de l’animal chez le vétérinaire.

C’est le cas des produits de soins et d’entretien courants comme les shampoings, les lotions auriculaires, etc…, des antiparasitaires et vermifuges non soumis à prescription, des gammes d’alimentation en dehors des aliments thérapeutiques délivrables uniquement sur prescription, friandises ou encore de certains compléments alimentaires ou autres produits pour soigner les douleurs, les troubles cutanés et musculaires.

Il peut également s’agir de l’homéopathie et autres traitements permettant de lutter contre le stress et l’anxiété de l’animal. Ces produits peuvent être achetés avec le forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance santé animale. Ils peuvent être obtenus directement au comptoir de la clinique ou du cabinet vétérinaire en s’adressant directement aux auxiliaires spécialisés vétérinaires.

Puisque vous avez le choix de votre vétérinaire, vous n’êtes en aucun cas contraint de vous rendre chez votre praticien habituel pour leur achat. En revanche, votre compagnie d’assurance ne vous remboursera pas un médicament faisant office de simple soin. Ainsi, il peut arriver que vous soyez contraint de faire un shampoing à votre chien avant d’appliquer un médicament pour traiter un problème de peau.

Dans ce cas, le produit est pris en charge par l’assurance santé car il ne sert pas uniquement à l’entretien mais se destine avant tout à soigner un problème de santé. Vous utiliserez alors votre forfait prévention si la formule de votre assurance le propose pour financer l’achat du shampoing.